Reegan - visite du pape François - Diocèse de Rouyn-Noranda

Aller au contenu
Marcher ensemble

Pèlerinage au sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré lors de la visite du pape François au Canada.

Texte et photos du père Reegan Soosai, c.m.f.


Ce fut tout un défi, d'organiser un pèlerinage d'envergue lors de mes vacances en plus de composer avec un décalage horaire de 9 heures et 30 minutes. Cependant, nous avons réussi et tout fut mis en place par la grâce de Dieu. Afin de répondre à l'un des appels à l'action lancés à l'Église par la Commission Vérité et Réconciliation, la destination choisie pour le 37e voyage apostolique du pape François fut le Canada, où il se rend pour présenter au nom de l'Église ses excuses, en personne, sur la terre des peuples autochtones. Il a ainsi répondu à l'appel à l'action numéro 58.
Photo du groupe de pèlerins du Témiscamingue
Donc, nous sommes partis, moi et un groupe de douze pèlerins (trois personnes de la Mission Sainte-Kateri, Timiskaming First Nation, et neuf personnes de la Mission Sainte-Anne de Winneway) et nous avons effectué notre pèlerinage de plus de 1000 km jusqu'au sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré le 27 juillet 2022 (notre point de départ fut New Liskeard, Ontario). Nous avons appris qu'il y avait aussi également un groupe de douze pèlerins de la Mission Sainte-Clothilde de Kitcisakik.

Le 28 juillet, nous avons participé à la messe célébrée par le pape François au sanctuaire de Sainte-Anne. Dans son homélie, le pape a réitéré ses excuses et a invité tout le monde à marcher ensemble sur le chemin de l'espoir, de la guérison et de la réconciliation. Pour les pèlerins, ce fut une expérience pleine de grâce et de joie d'être dans le sanctuaire avec le Pape et d’autres pèlerins autochtones et de participer activement à la messe.

Père Reegan, l'abbé Luc et des pèlerins
Nous aurions aimé avoir des places réservées, mais cela ne s'est pas fait et nous étions un peu dispersés et tristes. Quelques Missionaires Clarétains et l’abbé Luc Ngonda-Nkoy Losalia étaient aussi avec nous. Nous avons eu la chance de rencontrer le premier ministre du Québec, M. François Legault, et le premier ministre du Canada, M. Justin Trudeau, avant le début de la Sainte Messe. Il y avait environ 1 200 personnes à l'intérieur du sanctuaire et c'était une population mixte, autochtone et non autochtone. Il y avait environ 5 000 à 6 000 personnes à l'extérieur du sanctuaire.

Prière du pape François à la tombe de Saint François de Laval
Le soir, l’abbé Luc et moi-même avons eu l'occasion de participer à la Liturgie des heures (Vêpres) en la compagnie du pape François. C'était une expérience très émouvante car nous avons eu l'occasion de le voir de très près alors qu’il a prié sur la tombe de saint François de Laval, premier évêque du Québec. Le message du pape fut alors l'un des meilleurs de tout son voyage apostolique au Canada. Dans son message, il a présenté ses excuses pour les abus sexuels commis sur des mineurs au Canada, et ce pour la première fois lors de sa visite. Il a raconté que trois femmes l'ont inspiré et accompagné durant son voyage, il s'agit de : la Bienheureuse Vierge Marie, sainte Anne et sainte Kateri Tekakwitha.

Il avait débuté sa visite apostolique à Edmonton, pour se rendre ensuite au Québec et il a terminé sa visite à Iqaluit, ce qui lui a permis de montrer sa proximité et de réitérer ses excuses à tous les peuples autochtones de cette terre appelée Canada : Inuits, Premières Nations et Nation Métis. Sur place, à Sainte-Anne-de-Beaupré et à Québec, nous avons eu l'occasion de rencontrer notre évêque Guy Boulanger ainsi que d'autres évêques et cela a été une bénédiction pour nous.

Retrouvailles avec le père Rémi Cadieux o.m.i
Au retour, nous avons eu l'occasion de rencontrer le père Rémi Cadieux o.m.i qui avait travaillé pendant près de 36 ans parmi les peuples de la Timiskaming First Nation et de Long Point First Nation. Il était plein de joie et d'émotion de nous voir et nous pareillement.

Le Pape a utilisé plusieurs mots dans ses messages que nous devrions conserver dans notre cœur pour les méditer et continuer à marcher ensemble : Mémoire, pardon, grands-parents, histoire, multiculturalisme, inclusion, guérison, espoir, réconciliation, jeunesse, culture, avenir, vérité, justice, grâce de Dieu et travailler ensemble.

Il a aussi évoqué quelques images et des objets dans ses messages : Mocassins, arbre, tipi, battements de tambour, eau, costume autochtone, fleur de lys, feuilles d'érable, étoiles, GPS et hockey sur glace.
L'abbé Luc Ngonda-Nkoy Losalia et Mgr Guy Boulanger
Nous désirons remercier notre cher évêque Mgr Guy Boulanger (pour tous ses conseils dans l'organisation de ce pèlerinage) ainsi que les Missionnaires Clarétains de Victoriaville, soit les Pères Percy Diaz et Vincente, pour leur accueil, leur gentillesse et leur générosité en préparant les chambres, les petits déjeuners et la collation pour nous tous. Nous remercions le groupe de la Long Point First Nation d’avoir organisé notre transport par autobus nolisé (sans frais) partageant ainsi avec nous la subvention fédérale reçue pour la visite du Pape.

Continuons à implorer la grâce de l'unique Dieu Créateur pour que nous puissions continuer à marcher ensemble avec ouverture, humilité, fraternité et solidarité.
 
En terminant, voici deux témoignages de participantes à notre voyage :

La visite du pape François m’a donné l’occasion de renforcer ma propre foi, me rapprochant de Dieu d’une manière que je ne peux pas expliquer. Je n’ai pas pu voir notre Saint-Père de près, mais j’ai pu assister à la messe à l’intérieur du sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré. Je pense que cette visite est une étape positive vers la guérison pour les peuples autochtones. En tant que membre de la communauté catholique et autochtone, je me sens très béni d’avoir eu l’occasion de participer à ce pèlerinage. Merci, père Reegan et tous les autres, impliqués pour l’organisation de ce voyage.
Louise Ruttan

Quant à moi, ce fut une très grande expérience, je me sens tellement bénie que le pape soit venu à notre pays natal, merci pour tout et maintenant c’est aux personnes concernées de près par les écoles résidentielles d’accepter son pardon et de passer à autre chose dans la vie, je n’ai rien contre d’autres personnes religieuses parce que nous sommes tous dans le même bateau.
Marie Connie O'Gushing

Kitchi Meegwetch/ Merci beaucoup!

Père Reegan Soosai, c.m.f
Retourner au contenu